français english english
Les environs
Chargement en cours

Au cœur des Côtes-du-Rhône, dans le Vaucluse, Sablet est un charmant village provençal dont les ruelles étroites, appelées des calades, s’enroulent en colimaçon jusqu’à l’église dominée par un clocher trapu surmonté d’un campanile ouvragé. Ici, c’est la douceur de vivre qui se décline au quotidien. Comment, d’ailleurs, ne pas avoir envie de s’arrêter dans un tel village dont la devise « Fidelis et tutis » est déjà riche de promesses ?
Le vieux village s’enferme derrière de solides remparts, les Barrys, érigés au XI ème siècle et restaurés avec passion par l’association du même nom.
Sur le plan historique, Sablet relève du Comtat Venaissin que le Roi Philippe III, dit « Le Hardi » avait cédé au Pape Grégoire X en 1274 et à qui les sablétains jurèrent fidélité le 2 Février 1274, dans le cadre de Saint-André-des-Ramières. Avec la Révolution française, si Avignon s’en remet au Roi Louis XVI, le Comtat choisit de « vaincre ou de mourir sous la domination du Saint-Siège ». Mais, en 1791, l’Assemblée Nationale décrétera le rattachement du Comtat et des états d’Avignon à l’Empire français.

Les édifices anciens

L’église, dédiée à Saint-Nazaire, fut d’abord une chapelle romane construite après l’invasion sarrasine. Au fil du temps, elle a subi de nombreuses démolitions et modifications. A l’intérieur, on peut voir deux statues, l’une de Saint-Roch, patron de la paroisse et l’autre de Saint-Nazaire, patron de l’église. L’autel, en pierre sculptée de blé et de pampres de vignes et le pupitre de lecture sont des œuvres dues à des artistes locaux. A Noël, il faut absolument admirer la crèche dont les santons en cire ont plus de cent ans d’âge.

A la sortie du village, route de Carpentras, la Chapelle Saint -Roch(récemment restauré), rappelle la peste de 1720 qui a dévasté la Provence. Pour se protéger de ces ravages, on édifia, de, Murs à Vénasque, le fameux « mur de la peste ». Mais les Sablétains préférèrent demander la protection de leur saint qu’ils remercièrent par la suite en lui édifiant cet édifice humble et modeste actuellement en cours de restauration(aujourd'hui achevé).
Un peu plus loin, jouxtant le cimetière, se trouve la chapelle Saint-Nazaire, érigée entre le XII ème et XIVème siècle. Longtemps désaffectée, elle a été restaurée grâce aux Compagnons des Barrys, qui l’ont transformée en lieu d’exposition et de concert.
Une autre caractéristique du village, ce sont les fontaines et lavoirs alimentés par les sources qui descendent de la montagne du Chevalong. Leur rôle fut essentiel dans la vie au quotidien au siècle dernier.

Le Café COCO !

Il fut un temps, déjà ancien, où le Restaurant actuel « Les Abeilles » s’appelait le Café COCO ! Construit juste à côté de la gare, il était à la fois hôtel, restaurant et bal fort connu pour sa piste de danse de 80 mètres carrés ! Etablissement célèbre dans le coin, il fut à la pointe de la modernité en installant l’électricité dès 1928 ainsi qu’un pick-up qui remplaça la viole pour mieux plaire aux danseurs ! On y organisait aussi des concours de patins à roulettes, de pétanque et même des matches de boxe ! En hiver, pendant la guerre, la salle fut utilisée par la coopérative des plants de vigne et servie quelque temps de salle de classe. Par la suite, tantôt club privé ou discothèque, le Café COCO entama son déclin. C’est un plaisir pour le village de le voir à nouveau revivre. Les grandes branches de ses platanes en frémissent de bonheur, prêtes, de nouveau, à offrir leur ombrage élégant les jours de canicule.


Les Festivités de l’Eté

Sablet est au cœur des festivités de l’été. Entre les célèbres Chorégies d’Orange, le Festival de danse et de musique de Vaison-La-Romaine et celui de Carpentras dédié au théâtre, pas le temps de s’ennuyer ! D’autant plus que Sablet s’est, à son tour, imposé dans la cour des grands avec sa superbe Journée du livre.
Cette manifestation culturelle qui se déroule toujours fin juillet transforme le village en une immense librairie à ciel ouvert. Crée en 1987 par les Compagnons des Barrys, elle draine actuellement plus de 15.000 visiteurs qui se pressent autour d’une centaine d’écrivains en tout genre. Le but est de magnifier le livre et la lecture. On se presse au gré des stands pour voir, choisir, discuter dans un rare esprit de convivialité et de respect .On peut même assister à des conférences passionnantes dans l’ombre des jardins. Cette folle journée se termine par la remise du Prix du Premier roman, où l’auteur sélectionné se voit récompensé à la fois par un chèque et par son poids en belles et bonnes bouteilles de vin ! C’est tout un village qui reçoit et accueille dans la joie de vivre.

LE RESTAURANT EST OUVERT
POUR LE DEJEUNER (12h15 à 13h45 fin des commandes)
ET LE DINER (19h30 à 21h fin des commandes)
Durant le mois de janvier fermeture hebdomadaire dimanche soir et lundi